Télécharger
l’édition n°981
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Public Eye, la force de l'enquête contre les injustices

Monthey Une soirée sur le thème des multinationales responsables a permis à l'association Public Eye de se présenter aux habitants du Chablais.

Valérie Passello

Afin de mieux se faire connaître en Valais, le groupe bénévole romand de Public Eye y a organisé quatre soirées autour de l'initiative pour des multinationales responsables (voir encadré). «Notre groupe compte une vingtaine de membres. Nous nous réunissons une fois par mois pour définir nos actions de sensibilisation», précise Xavier Labarre, le 23 janvier à Monthey.

Porter un regard critique quant à l'impact de la Suisse et de ses entreprises sur les pays pauvres. C'est ce que fait l'association Public Eye, par un travail d'enquête, de plaidoyer et de campagne. Forte de 25'000 membres, elle dénonce les injustices et les violations des droits humains qui trouvent leur origine en Suisse et propose des mesures concrètes pour y remédier.

Des invités de choix

Sous la conduite de Laurent Bonnard, ancien journaliste à la RTS, deux intervenants se sont exprimés face à une soixantaine de personnes. Chantal Peyer, cheffe d'équipe à Pain pour le prochain, a témoigné de son expérience du terrain et expliqué les enjeux de l'initiative.

Le PDG de Payot Pascal Vandenberghe a aussi pris la parole, soulignant: «De nombreux entrepreneurs ont compris leur responsabilité, puisqu'il existe un comité de plus de 160 dirigeants d'entreprises soutenant l'initiative.» Un avis que ne partage pas l'organisation faîtière Economiesuisse, qui oppose sur son site Internet: « Ce texte n'aide personne. La judiciarisation est une impasse et nuit plus à l'objectif poursuivi qu'autre chose.» La campagne devrait s'intensifier ces prochains mois, chacun avançant ses arguments. Mais Xavier Labarre se montre confiant: «Les lobbys se trouvent face à une initiative qui est le fruit de la société civile, portée par plus de 120 organisations humanitaires, religieuses ou économiques, ce qui est pour le moins inhabituel!»

Date:30.01.2020
Parution: 981

Une votation se profile

L'initiative demande que les multinationales dont le siège est en Suisse appliquent partout une diligence raisonnable en matière de droits humains et de protection de l'environnement. À défaut, elles devront répondre des violations des droits humains commises par leurs filiales. Le texte a été déposé à Berne le 10 octobre 2016. Le Conseil fédéral l'a rejeté, sans y opposer de contre-projet. Depuis, le dossier a fait plusieurs aller-retour entre le Conseil national et le Conseil des Etats, sans que les deux chambres trouvent un compromis susceptible de satisfaire également les initiants.

Pas davantage convaincus par le nouveau contre-projet proposé par la conseillère fédérale Karin Keller Sutter à la fin 2019, les auteurs de l'initiative devraient maintenir leur proposition originelle. Un vote de la population suisse semble ainsi inéluctable d'ici à la fin de l'année.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio