Télécharger
l’édition n°982
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Des gamins gonflés à bloc!

Château-d'Oex Lors de la journée des enfants du 42e Festival International de Ballons le 29 janvier, de nombreuses activités gratuites étaient proposées à la halle Landi. Dont un vol virtuel et une expérience scientifique.

Gonflage, à l'abri, du «ballon pirate» décoré par les enfants.

Texte et photos: Valérie Passello

«Entre dans la nacelle. Voilà, maintenant pour prendre de l'altitude, il faut jeter des sacs de sable dans le vide.» Membre de l'équipe de l'école d'ingénieurs de Fribourg, Richard Baltensperger donne des consignes aux enfants pour qu'ils s'envolent sans encombre. La fillette équipée d'un casque de réalité virtuelle et de deux manettes s'emmêle un peu dans les fils du simulateur, mais elle semble ravie du voyage. Attendant un nouveau tour en ballon, un garçon commente: «C'est super, on a l'impression de voler. Mais avec des bruits, ce serait encore mieux.»

Conçu par Damien Goetschi dans le cadre de son travail de master, le simulateur est en développement pour être utilisé à l'Espace Ballon (voir Le Régional 923), afin de mieux comprendre la physique du ballon et de permettre à de véritables pilotes de s'entraîner. En ce 29 janvier, jour des enfants du Festival International de Ballons, une version simplifiée est à l'essai. Mais elle fait son petit effet. Le survol de la plaine du Rhône est criant de vérité.

Voir l'invisible

Plus loin, une équipe du CERN propose une expérience scientifique dans «la chambre à brouillard». Une poignée de bouts de chou, accompagnés de leurs parents, se rendent dans une salle tamisée, au-dessus de la halle Landi. Le professeur en physique des particules Hans Peter Beck et deux de ses étudiantes les y accueillent: «Quelle est la plus petite chose que vous ayez vue dans votre vie?», demandent-ils. «Un microbe?», ose un petit garçon. Mais ce que l'assemblée va voir est encore plus petit et même, en principe, invisible à l'œil nu.

Grâce à un aquarium, de la glace sèche à -80°C, une plaque et un peu d'alcool, le public fasciné observe la formation de brouillard. Et, soudain, de manière aléatoire, apparaissent les traces générées par le mouvement des particules. «C'est un peu comme les traînées que l'on peut apercevoir derrière les avions, commente le professeur Beck. Le traces les plus fines sont provoquées par le déplacement d'électrons et les plus épaisses par la désintégration de noyaux d'hélium.» Les yeux encore tout imprégnés de l'observation de ces mini-étoiles filantes, les enfants retournent dans la grande halle. Le mauvais temps n'a pas permis le gonflage des formes spéciales à l'extérieur, ni les vols captifs. Mais un «ballon pirate», décoré de dessins réalisés au cours de l'après-midi, est tout de même gonflé à l'intérieur. Alors que certaines têtes blondes continuent à dessiner sur le stand du Festival Au Pays des Enfants, d'autres filent déguster le goûter, offert par les organisateurs. Si la météo a de la peine à sourire, les marmots, eux, ne se gênent pas.

Date:06.02.2020
Parution: 982

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio