Télécharger
l’édition n°982
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

L'artiste et l'Indien à la rescousse des oiseaux

Lausanne Passionné par les volatiles, l'artiste Michel Jacobeus dévoile son exposition «Les animaux de chez nous» du 7 au 29 février au centre socioculturel Pôle Sud. Atteint de déficience intellectuelle, il affiche ses dessins pour la première fois en dehors de sa résidence d'Eben-Hezer. Accompagné par le chanteur Mark Kelly, qu'il appelle l'Indien, ils proposeront lors du vernissage un voyage entre ciel et terre.

De dr. à g.: Michel Jacobeus et Thierry Taruffi présenteront 40 dessins d'art brut lors de l'exposition à Pôle Sud.

Textes et photo: Xavier Crépon

«Si nous tuons tous les animaux, les humains vont aussi disparaître.» Le ton triste, Michel Jacobeus s'alarme des extinctions d'espèces causées par l'homme. «Trouvez-vous ça normal?» L'artiste atteint de déficience intellectuelle légère déstabilise et incite à la réflexion quant à nos modes de vie. Amoureux des oiseaux, le sexagénaire les défend depuis qu'il a visionné un documentaire sur leur baguage il y a plus de vingt ans. Son arme? Le dessin. C'est par le crayon de couleur qu'il veut faire passer son message.

L'artiste au-delà du handicap

Soutenu par son éducateur Thierry Taruffi, Michel prépare sa deuxième exposition, une sélection de quarante œuvres. «J'ai choisi de montrer ce que j'aime. Les oiseaux, les animaux de la forêt et ceux de la ferme.» Celui qui a grandi chez son oncle paysan a été marqué par la rencontre avec ces bêtes. «Veaux, vaches, cochons mais aussi renards et lynx, ils sont tous magnifiques à mes yeux.» Depuis plus de deux ans, il les dessine sur du papier de couleur lors des séances d'art-thérapie organisées par Eben-Hezer. «Michel veut maintenant montrer le résultat de son travail en dehors des murs de la fondation. Son souhait est d'être reconnu comme artiste malgré son handicap, explique son éducateur. Cette demande n'est pas anodine et en termes d'autodétermination et d'intégration d'une personne en situation de handicap dans un contexte culturel, elle est très importante.»

Un défi de taille

Sur fond de paysages à peine esquissés, Michel Jacobeus propose un art brut touchant. «Derrière chacun de ses dessins se cache une histoire que nous ne connaissons pas forcément», confie Thierry Taruffi. D'un trait rapide, l'artiste croque la silhouette de ces êtres comme s'ils étaient sur le point de s'enfuir. Mais l'expérience va au-delà de la pratique artistique. «Le défi pour Michel sera aussi d'accueillir et de communiquer avec son public. Les visiteurs pourront être critiques. Je dois le préparer à ça, mais nous nous réjouissons de les rencontrer.» En cas de réussite, les deux compères rêves déjà de retenter l'aventure extra-muros.

Exposition Les animaux de chez nous, de Michel Jacobeus.

Du 7 au 29 février (mardi-samedi). Vernissage 7 février de 19h à 22h.

Centre Socioculturel Pôle Sud Lausanne. Plus d'info auprès de Noëlle Pitteloud, 021 311 50 46

Date:06.02.2020
Parution: 982

Deux questions à Mark Kelly, musicien

lsn.jpg

«J’ai adoré sa façon de parler très crue et directe» 

Lors du vernissage du 7 février, l’auteur-compositeur anglais Mark Kelly accompagnera musicalement les œuvres de Michel Jacobeus. Pendant 1h, celui qui est également chanteur tentera de faire voyager le public dans les mondes de l’artiste.

Pourquoi avez-vous accepté de participer à ce projet de Michel Jacobeus et Thierry Taruffi?

Thierry me l’a proposé car nous nous connaissons depuis longtemps. J’ai tout de suite eu l’envie de le faire. J’étais très intéressé par la rencontre et la collaboration avec une personne atteinte de déficience intellectuelle. J’ai rendu visite à Michel pour mieux le comprendre et pour voir ce qu’il attendait de ses tableaux et de ma musique. Une vraie découverte. J’ai senti quelque chose de très fort entre nous. J’ai adoré sa façon de parler très crue et directe. Il n’y avait pas toute cette retenue que l’on s’impose parfois par politesse. Je m’y suis aussi retrouvé. Cela dépend des jours, mais je suis aussi une personne plutôt directe.

L’artiste vous a demandé d’adapter votre musique à ses amis préférés, les oiseaux. Qu’est-ce que vous préparez de beau?

Je pense que nous ferons de la guitare électrique, du banjo et nous intégrerons probablement des chants d’animaux. Peut-être aussi quelques textes préparés, mais cela restera en grande partie de l’improvisation. 

Le but est de se laisser emporter par l’atmosphère du moment. C’est un défi passionnant et risqué car je n’ai encore jamais joué un show improvisé en public.
Mais c’est aussi ça qui est motivant. La boîte est cassée. 

Nous irons bien au-delà de ma musique ou de mes chansons qui sont parfois carrées. 

Je vais essayer de faire voyager les visiteurs dans les mondes magiques de Michel: les animaux et la forêt. 

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio