Télécharger
l’édition n°984
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Expédition

Il traverse l'Atlantique en pédalant

Cet automne, Didier Bovard tentera de parcourir plus de 6'000 km avec son hydrocycle «My Way» du Cap Vert à Miami. L'aventurier veut boucler sa transatlantique propulsé par la force de ses jambes en une centaine de jours. Mais au-delà du défi sportif, il se bat surtout pour la cause de l'environnement. Portrait d'un homme hors normes, rencontré dans les ateliers de revêtement du monocoque à Chexbres avant sa mise à l'eau pour les tests à Pully.

Il traverse l'Atlantique en pédalant

Texte et photo: Xavier Crépon

Plusieurs fois miraculé, l'aventurier Didier Bovard repart affronter vents et marrées année après année à la seule force de ses jambes. Après plusieurs échecs au large du Groenland, le baroudeur se lance à nouveau cet automne dans la traversée de l'Atlantique Nord, déjà réussie deux fois par le passé. Cette fois-ci, il tentera de joindre Miami depuis le Cap Vert, soit plus de 6'000 km. «Je pars pour quatre mois. Après, tout dépendra des courants, mais en pédalant une dizaine d'heures quotidiennement, ce voyage devrait me prendre entre 100 et 120 jours.» Avec son fidèle hydrocycle «My Way», ce fan d'Elvis veut encore croire aux créatures mythiques. Le nom de son projet est tout trouvé: Océanides. «J'espère que ces nymphes des fonds marins me protégeront comme elles le font à chaque fois.»

Départ difficile

Didier Bovard a parcouru du chemin depuis ses débuts en 1996. Avec plus de 20'000 km à son actif, l'homme n'a plus rien à prouver. Pourtant rien ne le prédestinait à une telle épopée. Appréciant le vélo, mais sans plus, celui qui deviendra aventurier était autrefois camionneur. «Je me levais tous les jours à une heure du matin pour livrer de la viande, mais je voulais faire autre chose de ma vie. Sur une de mes tournées, j'ai entendu à la radio que Guy Delage venait de réussir la traversée de l'Atlantique à la nage. J'ai eu le déclic. Pourquoi pas moi?» Didier cherche alors un défi encore jamais réalisé. Pour effectuer sa première transatlantique, il choisit d'élaborer un hydrocycle – un monocoque propulsé par la force de ses jambes. Le plus dur reste à faire, trouver du soutien pour réaliser son projet. «J'étais un inconnu des montagnes qui se lançait sur l'eau, autant dire que peu de monde croyait en moi. J'ai dû batailler et c'est finalement le chantier naval de Raymond Morerod qui m'a tendu la main.» Atlantique, Golf du Mexique, détroit de Davis ou encore Mer du Labrador, l'aventurier bourlingue ensuite pendant plus de vingt ans pour écrire son histoire.

Sauver les océans

Pour son prochain départ, Didier Bovard a modifié son monocoque pour y installer une bulle en polycarbonate fixée sous l'engin. «Lors de mon périple en Mer des Caraïbes, l'eau était tellement sombre que je n'y voyais rien. J'ai donc eu l'idée de créer cet espace pour pouvoir profiter pleinement du monde marin.» Désormais en parfaite symbiose avec l'écosystème, il pourra effectuer des relevés de pollution pour l'Université de Bordeaux ainsi que des images pour la réalisation d'un film en trois dimensions. «Je veux sensibiliser tout un chacun aux problématiques qui touchent nos océans. La pollution plastique tue des tortues de mer qui confondent sacs et méduses. Il est temps de faire quelque chose.» Le quinquagénaire partage également son combat écologique depuis de nombreuses années avec les plus jeunes dans les écoles. «Ils sont notre avenir. Nous devons leur montrer la beauté de notre planète, mais aussi sa fragilité, afin qu'ils puissent mieux la respecter à l'avenir.» En novembre dernier, 200 élèves pulliérans l'ont tellement touché que Didier a décidé d'effectuer la mise à l'eau pour les premiers tests dans le port de la ville afin qu'ils puissent le voir de leurs propres yeux. D'ici au grand départ prévu en automne, l'homme se dit confiant mais doit encore trouver 60'000 frs pour couvrir les frais logistiques et la nourriture liophilisée.

Plus d'infos sur didierbovard.com Contact pour soutenir l'aventurier: didierbovard@sfr.fr +33 672 00 18 13

Date:20.02.2020
Parution: 984

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio