Télécharger
l’édition n°984
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Montreux

Prendre un votant par la main

Démultiplication des urnes, préaffranchissement des enveloppes, séances d'information ou vote obligatoire: le socialiste Romain Pilloud veut remédier au faible taux de participation des électeurs. La droite prône la responsabilité individuelle. Le Conseil communal se prononcera en avril. Le Régional lance le débat.

Prendre un votant par la main

Amit Juillard

«Ça commence à suffire ce socialisme bondieusard à tous crins! C'est bientôt la garderie!», s'agace Tal Luder, président de l'UDC, qui s'exprime en son nom. Joint par téléphone, le conseiller communal tacle le postulat de Romain Pilloud, vice-président du parti socialiste, déposé le 29 janvier. Le texte «demande à la Municipalité de réfléchir aux mesures à mettre en place pour améliorer le taux de participation de notre commune, et d'analyser leur efficacité à court et moyen terme». «La légitimité démocratique est toujours plus forte si le taux de participation est élevé, et je pense que la collectivité a tout à gagner d'une implication citoyenne renforcée», écrit-il. Tout part de ce constat: parmi les électeurs des grandes communes vaudoises, les Montreusiens se mobilisent moins. La barre des 45% de votants est rarement franchie. Exemple lors des fédérales d'octobre 2019: 41,28% à Montreux, 54,35% à Vevey. Romain Pilloud propose des remèdes. Sur le vaste territoire de la commune, il n'y a qu'une urne, au centre: pourquoi pas à Glion, Clarens ou Chernex? Autre point: selon une étude de l'Université de Fribourg, le taux de participation augmenterait de 2% lorsque le vote par correspondance est gratuit. Préaffranchir les enveloppes pourrait être une piste. Et puisque les étrangers et les naturalisés participent moins, il faudrait organiser des séances d'information à leur attention, ajoute-t-il encore. Dernier souhait: un sondage pour comprendre les raisons de l'abstention.

«Remplir son devoir civique est pourtant facile»

Comme les autres élus contactés, François Pochon, président du PLR, n'argumente pas au nom de son groupe, mais donne son avis. «Si les gens décident de ne pas voter, c'est que les choses vont bien dans notre pays. Mais aussi qu'on vote trop souvent. Les gens en ont ras-le-bol. Je suis pour les responsabiliser et former les jeunes plutôt que de les prendre par la main. On n'est pas au jardin d'enfants, on va pas mettre un timbre sur les enveloppes! A la limite, je serais plutôt pour que l'abstentionnisme soit sanctionné d'une amende.» Tal Luder prône aussi la responsabilité individuelle: «Il y a tellement de possibilités de s'informer, remplir son devoir civique est facile. A la limite, je serais pour rajouter une ou deux urnes, mais il faudrait les sécuriser. C'est pas si simple.» Au centre, Susanne Lauber Fürst, présidente de Montreux Libre, ne sait pas si son parti soutiendra le postulat. «C'est un devoir qui relève de la responsabilité de chacun. Mais l'idée de multiplier les urnes est excellente.»

Un vert «très ouvert»

La réponse de Romain Pilloud fuse: «C'est beaucoup plus compliqué que la responsabilité individuelle. Nous ne sommes pas tous égaux face au droit de vote. La population de la commune est d'une grande diversité. Sociale, d'emploi, de formation, ... Peut-être faudrait-il aussi davantage de démarches participatives. Quant au vote obligatoire, j'y suis favorable, mais à condition que ce ne soit pas la seule mesure prise.»

Olivier Blanc, président des Verts, est «très ouvert». «Mais j'attends de voir s'il y a des solutions concrètes qui permettent réellement d'augmenter la participation. S'il y en avait des toutes faites, nous les connaîtrions. Si le préaffranchissement permet de l'augmenter de 2%, c'est faisable. Ajouter des boîtes aux lettres me semble être la chose la plus simple à faire. Je suis en revanche défavorable au vote obligatoire.» Le Conseil communal se prononcera le 1er avril. Si le postulat est accepté, charge à la Municipalité d'y répondre dans un délai d'un an. Laurent Wehrli, syndic PLR, ne souhaite pas s'exprimer sur les détails de la proposition avant le vote. Mais lâche un commentaire, à titre personnel. «Le faible taux de participation m'attriste toujours. Dans d'autres pays, les gens meurent pour obtenir ce droit. C'est surtout la responsabilité de tous les partis de mobiliser l'électorat, de faire du porte-à-porte ou d'organiser des débats.»

Date:20.02.2020
Parution: 984

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio