Télécharger
l’édition n°985
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Des volants et des hommes

L'échange de volants au crépuscule, pour le plaisir avant tout, est la marque de fabrique de la Nuit du Badminton. Chaque année, la manifestation accueille quelque 140 participants de tous âges et horizons dès 18h30 à Dorigny. Un événement convivial qui mise sur un sport populaire et accessible. Rendez-vous le 8 mai pour la 8e édition.

Des volants et des hommes

Daniella Gorbunova

Sport d'école, de plage, mais aussi de compétition, le badminton sera à l'honneur le 8 mai au Centre sportif de Dorigny. Rendez-vous dès 18h30 dans la salle SOS2 pour la 8e édition de la Nuit du Badminton, un tournoi populaire au crépuscule. Le tarif de quinze francs comprend l'inscription mais aussi le repas. Il suffit de se munir d'une raquette, d'un volant et d'une assurance valable en Suisse. Pas besoin de venir en duo: le partenaire de jeu sera fourni aléatoirement sur place, et changé à chaque match. Les enregistrements ouvriront au printemps, avec 140 places disponibles. Une activité physique qui promet également du fun, un bar et des animations diverses étant à la disposition des participants. «L'année passée, par exemple, nous avions mis en place un jeu d'adresse avec des volants ainsi qu'une roue de la chance», précise Pascal Berberat, président du LUC Badminton et ancien étudiant de l'EPFL. Les matchs se disputeront en double, avec cinq minutes d'échauffement et dix minutes de jeu, suivies d'une courte pause.

L'esprit universitaire

Organisée dans les enceintes de l'Université, la Nuit du Badminton ne se limite cependant pas au cercle académique. «L'événement s'adresse à tout le monde, souligne le président du LUC. Autant aux joueurs des clubs de la région et aux membres de l'Université qu'à n'importe qui d'autre. Pour l'organisation de ce type de manifestations, nous recevons des subventions de l'Université de Lausanne et de l'EPFL, mais sommes indépendants. Tout est entièrement à notre charge.»

Si le LUC lui-même est avant tout un groupe universitaire, ce dernier reste également tourné vers l'extérieur. Pascal Berberat explique: «Pour faire partie d'un club LUC, il faut avoir «l'esprit universitaire». Autrement dit, être étudiant, doctorant, employé du site de l'UNIL ou de l'EPFL, ou ancien étudiant. Mais il peut également y avoir des personnes qui n'ont jamais fait partie du monde académique.»

Du sport accessible

Nocturne et conviviale, la Nuit du Badminton se veut avant tout populaire. «Tous les niveaux sont généralement représentés, affirme l'ancien étudiant. Quelqu'un de très bon peut jouer avec un débutant. Au final, il n'y a pas de classement, seulement des récompenses tirées au sort – donc tout le monde a sa chance. Car nous faisons cela avant tout pour le plaisir, le but est de passer un bon moment.» Pour ce qui est de la promotion de sa discipline, le club prend la tâche au sérieux: «L'idée à la base de l'organisation d'une telle manifestation était de réunir tout le monde. Pendant la saison hivernale, il y a beaucoup de vrais tournois pour les clubs. Et face à cela, nous voulions faire autre chose. Car le LUC Badminton a deux missions très claires: développer le badminton de compétition au sein de l'Université, mais aussi faire découvrir ce sport à l'ensemble de la communauté universitaire.»

Discipline en plein boum

Le badminton, c'est le sport des joutes scolaires ou du pique-nique estival par excellence. Jusqu'à en oublier qu'il s'agit d'une véritable discipline de compétition: «C'est un sport très rapide, explique le président. Le joueur est tout le temps en déplacement, c'est donc une discipline très cardio. Mais c'est aussi un sport tactique, technique. Nous connaissons tous le badminton, tout le monde y a joué au moins une fois dans sa vie. Dans le milieu, nous disons, pour rire, qu'il y a en fait deux sports: le badminton et le volant, ce dernier étant le plus commun.»

Populaire de par sa simplicité, le jeu de raquette fleurit dans la région – qui voit naître de plus en plus d'associations: «Le canton de Vaud est riche en clubs, soutient Pascal Berberat. Le LUC Badminton, par exemple, compte environ 140 membres. C'est donc une discipline très populaire et en pleine progression. Je pense que c'est dû entre autres à son aspect très accessible. Tout le monde sait plus ou moins jouer. Il n'y a pas besoin de faire six mois de théorie pour pouvoir commencer à avoir du plaisir.»

www.nuit-du-bad. lucbadminton.ch

Date:27.02.2020
Parution: 985

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio