Télécharger
l’édition n°986
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Gryon

Elle fait de l'art avec de vieux draps

Estelle Bourdet a reçu le deuxième prix de la relève des Métiers d'art Suisse. Cette jeune tisserande se spécialise dans la confection de tapis de lirettes, confectionnés à partir d'anciens draps de lits. Portrait.

Elle fait de l'art avec de vieux draps

Texte et photo: Valérie Passello

Les tapis de lirettes, faits de chutes de tissus, tout le monde en a déjà vu. Mais dans le cadre de son travail de mémoire à l'Ecal (Ecole cantonale d'art de Lausanne), Estelle Bourdet est devenue incollable sur le sujet. Cette Gryonnaise d'adoption est suédoise par sa mère. Elle raconte: «Même s'il en existe aussi en Suisse, ces tapis ont une importance culturelle plus grande en Suède. Apparus dans les années 1'700, ils étaient le symbole d'une bonne situation sociale, car tout le monde n'avait pas la possibilité de recycler ses vieux vêtements ou draps.» À l'époque, les riches avaient pour habitude d'accrocher leurs tapis de lirettes aux murs, lorsqu'ils recevaient des visites.

Dans son atelier basé à Gryon, la tisserande de 29 ans s'attèle ainsi à faire vivre une tradition profondément ancrée dans ses origines. «Mon arrière-grand-mère et ma grand-mère tissaient. Nous avons d'ailleurs une maison familiale au nord de la Suède, meublée avec leurs ouvrages», précise-t-elle. Avant de se mettre à tisser, l'artiste dessine sur son ordinateur les motifs qu'elle veut créer. Elle sait exactement ce qu'il est possible de réaliser techniquement, grâce à un savoir-faire acquis durant ses études. L'Ecal, mais aussi un an de design textile à Lucerne et deux ans de spécialisation dans une école de l'île d'Öland, en Suède. Où elle a, par ailleurs, bénéficié d'une bourse de la Fondation Ikea Suisse.

Une belle reconnaissance

Sur son imposant métier à tisser, Estelle Bourdet a un ouvrage en cours. Des bandes de tissu coloré sont suspendues sur le côté de la structure en bois. «Je récupère des vieux draps de coton, que je découpe avant de les tisser. J'aime bien la notion de collecte. Pour moi, utiliser des matériaux de deuxième-main va de soi. J'imagine leur histoire, ainsi que les gens à qui ces draps ont appartenu», décrit celle qui, adolescente, s'adonnait à sa passion du crochet lors de ses trajets en train.

Alors qu'elle vient de terminer sa formation, l'artiste se voit récompensée du deuxième prix de la relève par l'Association des métiers d'Art Suisse. «Ce prix est un privilège dans le sens où il met en valeur un artisanat suisse, relève-t-elle. Je le vois aussi comme un accomplissement et une belle reconnaissance.»

Ne lui demandez pas si elle réalise des tapis ou des tableaux, la jeune femme préfère laisser à chacun le choix de s'approprier ses œuvres. Si elle n'en vit pas encore, elle espère que ce sera bientôt le cas. En Suisse, en Suède, ou les deux. Ici et là-bas, Estelle Bourdet a déjà de nombreux projets. Elle exposera bientôt ses œuvres à l'Espace Témoin du Mamco à Genève. Puis elle repartira en Suède, pour une expo dans le cadre de la foire du tissage.

Exposition à l'Espace Témoin du Mamco à Genève, du 24 avril au 10 mai, www.estellebourdet.com

Date:05.03.2020
Parution: 986

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio