Télécharger
l’édition n°987
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Aigle

Mixité en péril près de la gare

Le plan de quartier Margencel visait à offrir une grande variété fonctionnelle, mêlant des activités tertiaires, commerciales et hôtelières. Mais «une faiblesse du règlement» a été constatée par la Municipalité. Elle permettrait aux constructeurs d'exclure la partie hôtelière pour la remplacer par des logements. Un préavis urgent sera soumis au Conseil communal afin de rectifier le tir.

Mixité en péril près de la gare

Texte et photo: Valérie Passello

Lorsque le Législatif aiglon a approuvé le plan de quartier de Margencel en 2015, la volonté politique était claire. Densifier le site à proximité directe de la gare, en offrant une mixité fonctionnelle, incluant une partie hôtelière. Deux projets ont été mis à l'enquête. Le premier, dont la construction a débuté en 2018, est celui de Next Immobilier (voir Le Régional 918), comprenant logements, activités, commerces et parking souterrain de 261 places. Le second, porté par la société coopérative vinicole les Celliers du Chablais, a obtenu un permis de construire en septembre 2018. Pour un bâtiment de onze niveaux et deux sous-sols, destinés à accueillir un restaurant, une confiserie, un fitness, un hôtel et des logements.

Or, ce deuxième dossier a été revu, annonce la Municipalité: «En octobre 2019, la société coopérative vinicole demande une séance pour présenter une nouvelle mouture du projet, qui a considérablement changé.» En lieu et place des activités projetées au rez-de-chaussée et du fitness à l'étage, des bureaux sont prévus. Les trois étages qui auraient dû être dévolus à l'hôtellerie sont remplacés par du logement. «Ce changement remet en question la mixité d'usages voulue par la Municipalité et le Conseil communal et acceptée par celui-ci en contrepartie des gabarits imposants que le plan de quartier autorise», note l'Exécutif.

Retouche à faire prestement

La Municipalité a tenté de sensibiliser les porteurs du projet sur la question de la mixité, mais en vain. Contactés par Le Régional, les Celliers du Chablais se refusent à tout commentaire sur les raisons qui les ont poussés à revoir leur copie, ainsi que sur ce projet immobilier en général. Le syndic Frédéric Borloz relate: «Nous avons toujours parlé d'un hôtel et défendu le premier projet. Or, voilà que les propriétaires changent leur fusil d'épaule. Ce sont des Aiglons, nous les connaissons bien et notre souhait n'est pas de les ennuyer avec des tracasseries administratives. Mais d'un autre côté, face à n'importe quel promoteur, nous insisterions pour faire respecter les décisions du Conseil communal. C'est donc ce que nous faisons, par égalité de traitement.»

Dans le règlement du plan de quartier Margencel, l'affectation hôtelière figure dans les annexes. «Nous avons peut-être, au départ, été mal conseillés par les spécialistes. Il aurait été préférable de l'intégrer dans le règlement de base», considère l'élu. Un postulat à caractère urgent a donc été transmis aux conseillers communaux. Il suggère de modifier le règlement, rendant obligatoire l'implantation d'un hôtel dans le périmètre concerné.

Si elle est validée par le Législatif, cette modification permettrait à la Commune de refuser un permis de construire en cas de mise à l'enquête complémentaire du projet retouché. «L'obtention du premier permis de construire comprenant de l'hôtellerie démontre, si besoin était, que cette volonté avait clairement été exprimée et comprise dans un premier temps», tranche l'Exécutif.

Date:12.03.2020
Parution: 987

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio