Télécharger
l’édition n°989
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Villars

«J'ai aussi beaucoup de choses à faire à la maison!»

Comme toutes les manifestations sportives, les Championnats du monde de skicross ont été annulés. Empêchant Fanny Smith de défendre ses chances de décrocher un nouveau Globe de cristal. Philosophe, la Villardoue garde le sourire, consciente que le combat mondial contre le Coronavirus dépasse toute compétition. Entretien.

«J'ai aussi beaucoup de choses à faire à la maison!»

Entretien: Valérie Passello

À l'arrêt dans sa station vaudoise, Fanny Smith conserve ce qui fait le bois de tout champion: la rage de vaincre. De terrasser la pandémie, grâce à des valeurs comme le respect, la solidarité, l'esprit de communauté, la discipline. Bien dans sa tête, l'athlète prouve, si besoin était, qu'elle sait aussi encaisser les coups durs. Elle se confie au Régional.

La pandémie a eu une incidence directe sur votre carrière, comment le vivez-vous?

Fanny Smith: Une incidence, oui et non. On parle d'une urgence mondiale, là. Je trouve normal d'annuler une telle compétition dans ces circonstances. Il y a des choses plus importantes qui concernent tout le monde. On doit avoir du respect pour autrui, c'est une priorité absolue.

Confinée chez vous à Villars, vous gardez le moral?

Oui, il y a pire endroit! D'ailleurs, certains de mes voisins sont des citadins qui ont préféré monter à leurs chalets plutôt que de rester en ville. Heureusement, la météo nous porte. J'ai la chance d'avoir une terrasse, j'en profite. Et je me rends compte que, comme tout le monde, j'ai aussi beaucoup de choses à faire à la maison! Il faut planifier son rythme, s'organiser. J'ai prévu de répondre à des lettres de fans, normalement je ne le fais qu'une fois par an. Je vais faire du tri -parce qu'on en a toujours- et j'ai le projet d'aiguiser et de préparer tous mes skis et snowboards, ainsi que ceux de ma famille.

Comment gérez-vous cet arrêt au niveau de l'entretien physique, crucial pour une championne?

En principe, la période qui suit les Championnats du monde est synonyme de repos. Ça ne me péjore donc pas trop par rapport à un athlète d'été. Par contre, il a fallu annuler ou reporter des tas de rendez-vous, notamment avec des sponsors. Alors pour occuper ce temps, j'ai ramené un peu de matériel, qui me permettra de m'entraîner chez moi. De quoi faire de petits parcours, par exemple. J'ai aussi des raquettes de plage... On trouve des idées pour bouger au mieux!

Vous êtes très proche de votre grand-maman, vous en prenez soin pendant cette crise?

Oui, comme elle vient d'Angleterre et a vécu une guerre là-bas, elle est très stricte avec le confinement. Dès qu'elle a entendu les premières nouvelles de la situation en Italie, elle est restée à la maison. Je lui amène ses courses depuis plusieurs semaines. Au début, j'entrais chez elle pour discuter, mais maintenant nous faisons encore plus attention. S'il le faut, elle se mettra à sa fenêtre pour me parler. Ainsi qu'au reste de ma famille, car nous avons mis en place un tournus. Au début, tout le monde rigolait par rapport aux règles d'hygiène et d'éloignement. Mais j'ai très vite invité mes proches à faire attention et à se mobiliser.

Un message à transmettre aux lecteurs du Régional?

C'est tous ensemble que nous réussirons à ralentir ce virus. J'ai été invitée, avec d'autres comme Zep ou Thomas Wiesel, à sensibiliser les gens sur un réseau social, ça s'appelle https://stop-covid.org . Il ne s'agit pas de pub, mais vraiment de communication. Il faut respecter absolument les directives, c'est très important.

Date:26.03.2020
Parution: 989

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio