Télécharger
l’édition n°990
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

COVID-19

Marianne, 79 ans, confinée à Chexbres, ravitaillée par les Jeunesses de Lavaux:
«Vous êtes fantastique»

Entre Chexbres, Puidoux, Savigny ou Forel, les jeunesses et les scouts de Lavaux se mobilisent pour soutenir les personnes confinées. Courses, déchetterie, livraisons de médicaments, dépôt de lettres à la poste, ou encore promenade de chiens, les bénévoles aident sans compter. Reportage.

Marianne, 79 ans, confinée à Chexbres, ravitaillée par les Jeunesses de Lavaux

«Au début de cette crise, j'étais le premier à critiquer les personnes âgées qui s'entassaient pour faire leurs courses. Puis j'ai commencé à réfléchir. Au lieu de les blâmer, il fallait plutôt trouver une solution: s'engager pour elles dans les tâches du quotidien afin qu'elles ne prennent plus de risques. C'est aussi un moyen de donner une bonne image des jeunes. Nous pouvons aider.» À 27 ans, le Chexbrien Julien Gabriel connait le confinement à domicile. Opéré du genou il y a quelques années, il a pu compter sur l'aide de ses proches pour lui amener des vivres et pour le soutenir. Désormais, c'est lui qui s'implique pour les personnes dans le besoin. Mais il ne fait pas partie de la jeunesse. C'est à la suite de l'appel de celle de Puidoux et de son responsable nourriture Marius Fiaux qu'il a décidé de participer à l'entraide. Et il n'est pas le seul. Plus de vingt bénévoles de tous âges la soutiennent. Le Régional s'est aussi prêté à l'exercice en accompagnant cette jeunesse qui planifie une vingtaine de demandes par semaine depuis la fin mars, couvrant ainsi sa commune, mais également celles de Chexbres, Rivaz et Saint-Saphorin.

Mesures respectées

Le téléphone sonne, une demande pressante. Une personne âgée de Chexbres à besoin de vivres rapidement. Disponible, le responsable Marius Fiaux n'hésite pas une seconde et décide d'aller lui-même effectuer les courses. C'est la quatrième fois cette semaine. 9h30, un vendredi matin juste avant le week-end. Autant dire que la queue se fait longue devant le supermarché du village. Les deux mètres de distance entre chaque client à l'entrée sont respectés, et chacun rentre dès lors qu'une personne quitte le magasin. Après une quinzaine de minutes d'attente, le vigile veille toujours au grain. «Pas plus de 30 personnes à la fois, personnel inclus. Et n'oubliez pas de bien vous désinfecter les mains.» À l'intérieur le sol est fraîchement lavé, le pain chaud sort du four et les rayons sont pleins, excepté ceux pour le papier toilette et hygiénique. Casquette de la jeunesse vissée sur la tête, masque de pharmacien bien en place, mains désinfectées, Marius sort la liste transmise et remplit deux sacs de provisions. Il y a de tout: produits laitiers, viande, fruits et légumes, ou encore enveloppes postales. Comme quoi le courrier n'attend pas.

«Vous êtes fantastique»

Après 45 minutes pour la collecte, le jeune se rend chez une dame de 79 ans. Application du gel hydroalcoolique sur les mains, dépôt des sacs sur le palier, la sonnette chante et Marius recule de quelques pas. Marianne (notre photo de page 1) ouvre la porte et exprime toute sa reconnaissance. «Vous êtes fantastique, ce n'est pas facile de se retrouver confinée.» Après une rapide inspection de la livraison, elle saisit un paquet de biscuits. «Ce ne sont pas les bons, mais ce n'est pas grave, vous vous êtes bien débrouillé.» Pas de chance, même avec une liste détaillée, l'erreur arrive. «Nous faisons du mieux que nous pouvons, confie le jeune de 20 ans. Mais il n'est pas toujours aisé de faire les courses pour quelqu'un d'autre. Il nous arrive de téléphoner à la personne pendant les achats si nous avons un doute, mais devant la multitude de produits, il est facile de se perdre.»

Une aide précieuse

Pas le temps de se reposer, le téléphone sonne à nouveau. «C'est une personne qui nous demande de passer chez elle pour collecter son papier et son compost.» Marius, en tant que responsable de la planification des actions, délègue cette fois-ci. «Maintenant que nous sommes suffisamment de bénévoles, je peux répartir les différentes tâches sur notre groupe WhatsApp. Tout le monde joue bien le jeu et notre système est efficace. Mais les premiers jours, j'avoue que je ne comptais plus mes heures».

En début de semaine, il était le seul à disposer de la carte de légitimation remise par la commune de Puidoux qui leur permet de collecter gratuitement les vivres chez les artisans locaux. Désormais, chaque bénévole a la sienne, ou doit attendre tout au plus quelques jours. «Les Autorités nous ont facilité la tâche. Pas besoin d'avancer de l'argent, elles ont tout coordonné et se sont arrangées avec les commerces. Un boursier gère les paiements et transmet ensuite la facturation aux clients.» Reconnaissants, les commerçants eux remercient cette aide bienvenue, à l'image du pharmacien qui gère les deux officines de Chexbres et Puidoux. «Nous sommes passés de vingt à plus de soixante livraisons par semaine. Sans ces jeunes, nous aurions tout simplement dû abandonner ce service. C'est un bel élan de solidarité.»

Xavier Crépon

Date:09.04.2020
Parution: 990

Jeunesses de Savigny, Forel et scouts Lavaux

 

Contactés par Le Régional, tous ces groupes d’entraide ne se disent pas débordés. Les demandes concernent principalement les courses alimentaires dans les supermarchés, à savoir une dizaine par semaine, excepté à Forel où elles sont moitié moins nombreuses. Après des premiers jours énergivores afin de tout mettre en place (organisation des systèmes de livraison, mode de paiement, recherche de bénévoles, création de fiches informatives, etc.), tous sont ravis d’agir pour le bien de la population. «Même sans commandes, nous recevons des messages de soutien des habitants, confie Aline Kleiner, de la jeunesse de Savigny. Cette reconnaissance fait chaud au cœur et nous aide à décompresser quand nous en avons besoin.»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio