Télécharger
l’édition n°991
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Objectifs

Quelle politique du logement pour Pully?

Souvent qualifiée de cité dortoir ou ville riche aux loyers hors de prix, Pully a décidé de prendre le taureau par les cornes et a initié en 2018 une étude appelée «Objectif logement». Le dossier est complexe et Le Régional a demandé à Lydia Masmejan, municipale à la Direction des domaines, gérances et sports (DDGS) de le détailler.

Quelle politique du logement pour Pully?

Entretien: Nina Brissot

Une étude «Objectif logement» lancée en 2018 a été entreprise avec la volonté de disposer d'un instrument scientifique sur la composition de la population pulliérane et donnant des moyens d'agir sur l'évolution des quartiers. L'idée de base est d'identifier concrètement tous les besoins de la population en matière de logements pour tenter d'y apporter une réponse politique. Mais aussi de proposer des solutions à la pénurie de logements sur la commune, appuyées d'une étude scientifique. Enfin, de positionner Pully comme une destination résidentielle attractive afin de loger des familles et d'adapter les différentes politiques publiques et aménagements nécessaires. Une démarche qui, précisons-le, s'applique aux développements neufs maitrisés par la commune et à ceux des acteurs privés, par le biais des PA (plans d'affectation).

Pully est chère. Comment la Ville peut-elle remédier à cette réputation et rajeunir sa population avec des familles et des jeunes?

Nous pouvons y remédier en partie en organisant la construction de logements répondant aux besoins de la majeure partie de la population et demandée par celle-ci. Nous utilisons le droit de superficie, par lequel nous mettons un terrain à disposition d'un investisseur qui nous verse une rente. Le contrat de droit de superficie est assorti de conditions quant au prix des logements et au choix des locataires notamment. C'est une manière de faire qui est préconisée par la Cour des Comptes et que nous avons déjà pratiquée avec succès aux Boverattes. Il y aura 123 logements, dont 88 familiaux et 35 adaptés au seniors au prix de 280 CHF au m2 en moyenne. Le droit de superficie exige au demeurant le respect des principes Minergie. On sait que Pully est désormais «Cité de l'énergie» et veille au respect de ces critères dans les nouvelles constructions. Nous avons donné dans le droit de superficie une priorité aux familles mais aussi aux seniors qui sont nombreux dans notre commune.

Pour répondre aux besoins de logements abordables, nous associons également les promoteurs immobiliers privés et institutionnels qui, dans le cadre des nouveaux plans de quartiers, bénéficient d'un supplément de droits à bâtir. Ils participent ainsi, avec la collectivité, à la construction de logements d'utilité publique (LUP), par l'introduction d'une obligation d'en construire un nombre défini sur les suppléments constructibles ou sur l'ensemble du périmètre du plan d'affectation. Imposer une proportion de LUP dans les nouveaux plans de quartier correspond d'ailleurs également à la volonté politique exprimée par une majorité du Conseil communal.

Pully en a-t-elle les moyens? En terrains et en finances? Ces dernières années, l'équilibre budgétaire n'est plus au beau fixe...

La Ville de Pully possède plusieurs terrains qui peuvent faire l'objet de droits de superficie et donc contribuer, avec les privés, à la mise en œuvre de l'objectif logement. En termes financiers, cette solution permet à la Ville de ne pas investir elle-même, donc de ne pas alourdir un programme d'investissements déjà chargé, même si l'investissement dans les logements dégage une rentabilité. La Ville touche donc une rente pour la mise à disposition du terrain, certes réduite en fonction des conditions posées, et l'investisseur sort lui-même l'argent, sans que la Commune ait à s'endetter pour ériger ces constructions.

S'agissant des dépenses, auxquelles nous devons porter une attention particulière, il faut prendre en considération dans nos démarches le coût important que génère souvent l'aménagement d'une nouvelle zone d'habitation (trottoirs, chemins d'accès, écopoints etc, puis indirectement les écoles etc.). Cela en sachant bien sûr aussi que les nouveaux habitants seront de nouveaux contribuables et de nouveaux consommateurs locaux et qu'ils feront vivre notre Ville.

Y a-t-il un autre projet style Boverattes dans le collimateur?

Oui, il y en a plusieurs qui sont au stade du développement de nouveaux plans d'affectation, tels que: le quartier des Anciens Moulins, le secteur de la Clergère, ou celui du Centre-ville. Nous appliquerons là aussi un droit de superficie, avec des conditions financières que nous déterminerons en accord avec le Conseil communal. La mise en place prend du temps car les processus de planification du territoire (plans d'affectation) sont longs.

Date:30.04.2020
Parution: 991

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio