Télécharger
l’édition n°991
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Le chantier, une mine d'or inexploitée

Dans un contexte de raréfaction des ressources, la récupération et la revalorisation des matériaux de construction doivent devenir une priorité dans la planification de nouveaux projets.

Le chantier, une mine d'or inexploitée

Textes et photo: Magaly Mavilia

Les matériaux d'excavation et les déblais, même non pollués, sont considérés comme des déchets dans les législations suisses. Or, le taux d'extraction des graves et des sables naturels excède largement celui de leur formation puisque celle-ci prend des milliers d'années. Plusieurs études effectuées dans les cantons romands, notamment Vaud et Genève, estiment la durée de vie de ces réserves entre 20 et 40 ans. Recycler et réutiliser des matériaux de construction doivent devenir une priorité dans la planification de nouveaux projets. Car, comme le souligne Erik Langlo, ingénieur civil EPFZ, membre du groupe Ecomatge (Département du territoire, Service de géologie, sols et déchets du Canton de Genève): «Il faudra bientôt considérer les graves naturelles et le gravier comme le pétrole: une ressource rare et non renouvelable, à n'utiliser qu'en cas de stricte nécessité».

Un enjeu financier

L'engorgement des sites de stockage et la pénurie des ressources naturelles cumulés entraînent une hausse des coûts de la construction. A contrario, le recyclage des matériaux d'excavation présente un intérêt financier. Comme le souligne l'étude réalisée par le Groupe Ecomatge: «L'économie réalisée sur les coûts de mise en décharge compense largement le travail de planification à prévoir en amont du chantier».

Revalorisation possible

Les volumes phénoménaux des déchets minéraux produits quotidiennement sur les chantiers peuvent être recyclés, dans la plupart des cas, après avoir été préalablement traités. Ils peuvent aussi servir à quantité d'ouvrages et de réalisations constructives sur le site même de l'excavation ou sur d'autres sites. Surélévation, remblayage, ramblai renforcé, talus anti-bruit, butte paysagère, en sont quelques exemples.

Construire avec des matériaux d'excavation

Selon leur nature et l'usage envisagé, les matériaux d'excavation peuvent être utilisés tels quels ou traités (criblage ou concassage) pour en extraire les fractions les plus grossières et pour éliminer les fractions argileuses afin d'obtenir un granulat qui remplace avantageusement le gravier naturel.

Grâce à des traitements de stabilisation, les matériaux excavés peuvent aussi être mélangés avec des liants hydrauliques (chaux ou ciment) et être réutilisés.

Certaines techniques ancestrales, comme la terre crue et le pisé proposent de fabriquer des briques avec les matériaux d'excavation au lieu de les jeter ou de construire des murs en stabilisant la terre crue par l'ajout de ciment.

Un court-métrage qui en dit long

SuisseEnergie vient de mettre en ligne un court-métrage qui en dit long sur le cycle de vie des matériaux de construction. Sur une initiative de l'association Ecobau (eco-bau.ch), ce document est utile pour les propriétaires comme pour les maîtres d'ouvrage. Ce court-métrage montre à quel moment du cycle de vie les matériaux et produits de construction génèrent des impacts sur l'environnement. Le but de ce documentaire, comme de l'association Eco-bau mais aussi de SuisseEnergie et de labels tels que Minergie et Cap2050, est de donner aux architectes une méthodologie pour analyser leurs bâtiments et optimiser leurs projets. Ceci afin de réduire l'impact environnemental par rapport à une construction standard qui ne tient pas compte, par exemple, de l'énergie grise, générée, entre autres, par les déchets de chantiers et de constructions. Un aspect négligé jusqu'à ce jour, selon Barbara Sintzel directrice d'eco-bau qui précise que dans le cycle de vie des matériaux dévolus à la construction: «L'énergie grise est désormais supérieure à l'énergie de fonctionnement». Actuellement, les prix vaudois des matériaux recyclés sont de 10 à 40% inférieurs à ceux de leurs homologues naturels.

De nouvelles pratiques

Une étude du Bureau d'investigation sur le recyclage et la durabilité Bird pour le compte de l'Etat de Vaud estime que les déchets de chantiers représentent chaque année un tonnage équivalant à deux fois et demie celui des ordures ménagères.

Dans le canton de Vaud, environ 20 % des matériaux minéraux de construction sont des matériaux recyclés. Aujourd'hui, plus de 50 entreprises vaudoises traitent des déchets de chantiers. Les composants sont séparés, triés et éliminés; les matières minérales servent à la fabrication de graves et granulats recyclés. «Ces matériaux recyclés sont souvent moins chers que les neufs et les remplacent avantageusement, estime le Département de l'Environnement du canton. Ce recyclage rend aussi plus durable l'exploitation des ressources naturelles en gravier, qui ne sont pas infinies, et épargne de précieux volumes dans les différents types de décharges.»

Le recyclage s'intensifie

Une étude approfondie sur le recyclage des déchets minéraux de chantiers dans le canton de Vaud, publiée par le Département de la sécurité et de l'environnement (DSE) révèle que plus de 80% des matériaux minéraux de chantiers issus de la démolition sont recyclés. Ce taux de recyclage appréciable est la conséquence d'une part de l'augmentation récente des tarifs de mise en décharge, qui incite fortement les entreprises à se tourner vers des alternatives moins coûteuses en dirigeant les déchets vers les filières du recyclage, et d'autre part d'un niveau des prix de vente concurrentiels des graves confectionnées à partir de granulats recyclés. Comme le montrent deux études menées par l'OFEFP et l'EPFZ, la quantité de béton de démolition va augmenter ces prochaines années, ce qui permettra l'augmentation attendue du taux de substitution à moyen terme par une augmentation de la conversion de béton de démolition en granulats de bonne qualité. Finalement, un recyclage et une réutilisation de ces matériaux à proximité ou directement sur les chantiers concourent à réduire les transports, diminuant d'autant les nuisances imposées au voisinage des axes de transport et les impacts sur l'environnement (notamment bruit, pollution de l'air, poussières et énergie consommée).

Date:30.04.2020
Parution: 991

Suivez le guide

Sur la base d'une série d'études relatives à la problématique des matériaux minéraux dans le canton de Genève, Ecomatge apporte des recommandations pratiques aux professionnels de la construction. Mais les informations et les recommandations restent valables sur l'ensemble du territoire suisse puisqu'il vise à favoriser la valorisation des matériaux d'excavation en dressant un aperçu complet des utilisations possibles en fonction de la nature du sous-sol.

A commander au 022 546 76 00 ou par e-mail: info-service-deta@etat.ge.ch

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio