Télécharger
l’édition n°452
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La place du Marché restera un garage à ciel ouvert

Vevey Le Conseil communal a balayé le projet municipal de parking souterrain de 280 places pour un montant de 16 millions.

La place du Marché restera un garage à ciel ouvert

Tout ça pour ça… Jeudi dernier, le Conseil communal de Vevey devait se prononcer sur l’avenir de la place du Marché. Un des dossiers majeurs de l’urbanisme veveysan, qui fait débat depuis bientôt dix ans et qui a déjà occasionné des dépenses de l’ordre du million en études diverses. Les questions auxquelles les élus avaient à répondre étaient multiples: combien de places de parc veulent-ils sur cette place, en surface ou en souterrain, et surtout, quels aménagements souhaitent-ils en surface. Théâtre tous les 25 ans la célèbre Fête de vignerons, la Place du Marché de Vevey est l’une des plus grandes places urbaines ouvertes d’Europe. Dans l’intervalle, elle ne fait pourtant office que de vulgaire garage à voiture à ciel ouvert. La Municipalité proposait plusieurs variantes, privilégiant celle d’une réduction de 100 places, pour un parking de 340 places, dont 280 en souterrain. Investissement projeté: 16 millions.

Deux visions idéologiques
Mais le réel enjeu de ce débat se situait bien au-delà, puisque la décision du Conseil communal devait déterminer l’orientation de la ville en termes de mobilité. Deux positions idéologiques s’affrontaient : le tout aux transports individuels, prôné notamment par le libéral Pierre Clément, qui fait le pari que les voitures carbureront d’ici peu aux énergies durables et propres, contre l’idéal incarné notamment par Alternatives et Vevey Libre d’une cité privilégiant la mobilité douce et l’usage des transports publics, où les voitures s’arrêteraient dans des parkings de périphérie. En clair, il y a ceux qui veulent une réduction de nombre de place, actuellement de 440, et ceux qui militent pour une hausse du nombre de place, jusqu’à 500 pour les libéraux et radicaux. Sans oublier la population, qui dans un sondage a il y a peu clairement exprimé sa volonté de voir cette place changer de visage.

«Echec programmé»
Au final, les élus ont décidé… de ne rien décider, le statu quo l’ayant emporté, au terme d’un débat terne et chaotique où les intérêts particuliers l’ont emporté sur l’intérêt collectif. La place restera un garage à voiture, doté de 440 places en surface. Pas même le crédit d’étude de 400’000 francs destiné au lancement d’un concours d’architecture visant à réaménager la surface de la place n’a été octroyé à l’exécutif. Ce malgré deux tentatives de compromis, émanant d’Alternatives et de l’UDC, appelant à une réduction d’une centaine de places de parc, mais moyennant des mesures compensatrices : construire en parallèle un parking de périphérie, derrière la gare ou ailleurs, développer les transports publics et privilégier la mobilité douce.
«Cet échec était programmé», commente Jérôme Christen, seul municipal (Vevey Libre) en désaccord avec le projet de l’exécutif, qui regrette que ces amendements n’aient pas été adoptés. Conséquence, «il faudra poursuivre notre engagement en faveur du désengorgement de la ville». Selon l’édile, la Municipalité pourrait rapidement relancer le débat, en présentant cette fois un projet de parking derrière la gare, en mars ou en avril. Autre moyen de relancer le processus : l’initiative ou le postulat. Certains partis y réfléchissent…

sn

Date:27.01.2009
Parution: 452

En images

Documents

Vidéo
Documents audio

Dans ce même dossier