Télécharger
l’édition n°585
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Régler les conflits par la médiation

Justice Depuis le 1er janvier 2011, le code de procédure civile permet de demander le remplacement de la procédure de conciliation par une médiation.

Régler les conflits par la médiation

En cours de procédure, les parties impliquées dans un conflit peuvent à tout moment déposer une requête visant à l’ouverture d’une procédure de médiation. C’est le cas depuis le début de l’année et de plus en plus de personnes y ont recours. La médiation est susceptible de jouer un rôle à deux égards: en tant qu’alternative à une requête de conciliation et en tant que procédure en marge d’un procès en cours. Avocate à Lausanne et médiatrice agréée par l’Etat de Vaud, Catherine Jaccottet souligne un nombre graduel de cas se réglant par la médiation: «Pour une garde d’enfants, la médiation est souvent encouragée, voire exhortée par le juge. De manière générale, les gens tentent d’éviter un procès judiciaire, qui peut s’avérer long, coûteux et qui occasionne des dégâts relationnels».
Autre avocate à Lausanne et chargée de cours à la faculté de droit, Cinthia Levy observe une évolution positive: «La modification du code de procédure civile n’a pas changé fondamentalement la donne, mais je constate un recours grandissant à la médiation. Depuis deux ans, je donne un cours à la faculté de droit de Lausanne sur la médiation. J’y ai remarqué un vif intérêt des étudiants qui voient ce cours comme une corde supplémentaire à leur arc, leur permettant de mieux aider leurs futurs clients».

Compétences diverses 
Depuis le 1er janvier, une liste de médiateurs agréés par l’Etat est consultable sur internet. L’intérêt pour les utilisateurs est que cette liste comprend des avocats, mais également des personnes issues de différents milieux professionnels, tels que l’éducation spécialisée, l’assistance sociale, l’architecture et la sociologie. Educatrice spécialisée, Dania Gerber est l’une d’entre elles. Elle relève qu’«un nombre croissant d’adultes» en instance de divorce utilisent désormais la médiation. «Mais nous devons encore davantage informer la population sur nos actions, c’est pourquoi des projets allant dans ce sens sont en cours d’élaboration», précise-t-elle. Quant à Marc Rosset, médiateur professionnel et formateur, il se réjouit de cette expansion: «La médiation est rapide, efficace et pérenne. C’est une profession émergente, mais il reste encore un gros travail de communication publique à faire, car elle n’est pas totalement entrée dans les habitudes des gens». Actuellement, une cinquantaine de médiateurs sont formés chaque année en Suisse romande.

Yanik Sansonnens

Date:25.10.2011
Parution: 585

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio