Télécharger
l’édition n°670
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

De l'eau pour Madagascar

Montreux Une association montreusienne se met en quatre pour construire des puits aux habitants malgaches. Deux puits ont déjà pu voir le jour.

En mai 2013, le premier puits de l'association Puits à Madagascar a été inauguré dans une école tenue par les Sœurs de Saintes Ursules.	©Association Puits à Madagascar

L'Association Puits à Madagascar est presque une histoire de famille entre Fabrice Fournier, sa femme, son beau-frère et une amie. «On donnait régulièrement des dons pour des associations, mais comme toujours dans ce genre de cas, on ne sait pas vraiment où va l'argent. Nous voulions voir le résultat concret de nos dons. On s'est donc dit qu'il fallait créer un projet de A à Z», se souvient Fabrice Fournier qui a lancé l'association il y a trois ans. Depuis, de nombreux amis, parents et connaissances sont venus soutenir régulièrement l'association dans ses démarches de recherches de dons.

À la recherche de l'eau

Le choix de Madagascar s'est ensuite fait par rapport au besoin en eau de la population, la stabilité politique et religieuse du pays ainsi que la facilité avec la langue. Pour l'heure, la région concernée est celle de Tuléar, une région très aride qui ne reçoit que 400ml d'eau par an, mais qui regorge de nappes phréatiques dans son sous-sol. La récolte de fonds a ensuite débuté, sans qu'aucun membre fondateur de l'association n'y ait jamais mis les pieds. «Ça a été un travail de longue haleine, car nous avons dû créer nos propres contacts sur place, des contacts de confiance. Comme nous voulions suivre le projet du début à la fin, nous avons également dû apprendre à construire un puits», raconte le fondateur de l'association.

Deux puits déjà

Après trois ans d'effort, la récompense arrive enfin. Un premier puits a pu être construit en mai de cette année dans une école de 650 élèves dirigée par les Sœurs de Saintes Ursules. C'était également le premier contact tangible de la famille Fournier sur sol malgache. Dans la foulée, un deuxième puits vient de voir le jour dans un asile psychiatrique. Il faut compter environ trois semaines pour construire un puits et environ 3'000 euros. La totalité des dons récoltés va dans la construction du puits. Tous les frais annexes sont payés de la poche des membres de l'association. «Ce qui est paradoxal, c'est que le sous-sol de Madagascar possède beaucoup d'eau, mais elle est mal utilisée et souvent souillée. Nous avons donc opté pour un système de puits fermé et non à l'air libre, ce qui évite des bactéries».

Un troisième puits pour une école est également en ligne de mire. Puis à l'avenir, l'association veut se doter d'une foreuse pour pouvoir creuser des puits plus en profondeur «et l'idée ensuite sera de sillonner le pays avec un 4x4 et la foreuse pour aller dans les villages qui auraient besoin d'un puits», explique Fabrice Fournier. La récolte de dons pour réaliser ce projet à long terme est donc lancée.

Sandra Giampetruzzi

www.puits-madagascar.org

Date:08.08.2013
Parution: 670

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio