Télécharger
l’édition n°695
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La mobilité chablaisienne a son visage

Association Nouvellement créé, le Groupe Mobilité Chablais veut promouvoir le développement des transports publics et de la mobilité douce dans la région.

Quelques membres fondateurs du GMC, lors de l'assemblée constitutive (de g. à d.): Gérald Hadorn, Roxane Bruchet-Ischi, OlivierMarcoz, Marc Dunand (président), Pierre-Yves Pièce, Claude Ischi, Neil Kirby, Evelyne Bezat. LDD

C'est à la suite de contacts réguliers que les différents membres du Groupe Mobilité Chablais (GMC) ont choisi de constituer une association le 21 janvier dernier: «Ce sont des gens qui ont travaillé sur le dossier de l'Agglo, ou qui sont intervenus dans les négociations avec le Conseil d'Etat pour l'accès en transports publics du futur hôpital Riviera-Chablais. Le fait de créer une structure permet aussi d'avoir davantage de poids face aux politiques», explique la Montheysanne Rachel Blatter, membre du comité du groupe, ainsi que de la section valaisanne de l'Association Transports et Environnement. Pour l'heure, une quinzaine de personnes ont rejoint le GMC.

Des solutions concrètes

Les buts du GMC sont clairs: promouvoir et valoriser les transports publics et la mobilité douce, informer le public, et aider ou représenter des personnes ou entreprises auprès des compagnies de transports et des autorités concernées. «Si l'on veut désencombrer le trafic routier, il faut proposer des solutions utilisables. Lorsque l'offre est adaptée, les gens empruntent les transports publics: il suffit de voir à quel point la fréquentation a augmenté sur les lignes du RER Valais/Wallis, depuis que les cadences ont été accrues», souligne Rachel Blatter. L'une des préoccupations principales porte sur l'accès au futur hôpital: l'association a, par exemple, déjà obtenu que la possibilité d'un arrêt supplémentaire à Rennaz soit étudiée. L'idée est d'anticiper les besoins des gens qui fréquenteront régulièrement la structure hospitalière, afin que l'offre en matière de mobilité douce soit prête au moment de son ouverture.

Textes: Valérie Passello

Date:13.02.2014
Parution: 695

Et si l'on passait par le Terminal?

Le GMC soumettra aux Députés valaisans une proposition de boucle permettant de gagner 15 minutes sur le trajet Monthey-Aigle, «moins coûteuse que la solution proposée dans le postulat de Philippe Nantermod» (voir Le Régional No 652), précise Rachel Blatter. La boucle passerait par le futur Terminal rail-route, dont la construction est prévue à Monthey, et relierait Bex, sans avoir à passer par Saint-Maurice avant de rebrousser chemin. Une solution qui permettrait aussi un développement de l'activité de la gare de Bex. Le groupe devrait communiquer en ce sens en mars prochain.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio