Télécharger
l’édition n°742
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Ces communes qui se vident de leurs habitants...

recensement Avec 118 décès pour 79 naissances en 2013, Lutry connaît l'évolution démographique naturelle la plus défavorable du district. Juste derrière, Chexbres enregistre elle aussi un bilan négatif, avec moins 32 habitants. Explications.

Avec le vieillissement de la population, certaines communes accusent un bilan démographique naturel négatif avec davantage de décès que de naissances. Z. Decker

Les bourgades de Lavaux sont-elles en train de se vider de leurs habitants? C'est ce que porte à croire la dernière publication de l'Annuaire Statistique Vaud. Avec 118 décès pour 79 naissances en 2013, Lutry a vu son solde naturel reculer à moins 38. Le bilan n'est pas meilleur à Chexbres avec 47 décès pour seulement 15 naissances. En cause? Une proportion de seniors largement supérieure à la moyenne cantonale (16.3%) avec respectivement 22,2% et 24% de résidents âgés de 65 ans et plus.

«Ces chiffres sont toujours à prendre avec des pincettes, avertit d'emblée la statisticienne cantonale Léna Pasche. De petites erreurs administratives peuvent parfois entrainer de grandes variations dans les résultats. D'autant que ce déficit de forces vives est en partie compensé par un solde migratoire positif.» Pas de quoi inquiéter les autorités communales, qui pointent la présence d'Etablissements médicaux-sociaux (EMS) sur leur territoire pour justifier la structure de leur population.

Mais la raison est bien plus profonde: «La population suisse vieillit. Et les villages ont tendance à attirer davantage de personnes âgées, les jeunes se tournant plutôt vers les centres urbains comme Lausanne, qui compte seulement 15,9% de seniors», observe Léna Pasche. «La nouvelle génération ne parvient tout simplement pas à trouver de logements adaptés à ses besoins, déplore Jean-Michel Conne, syndic de Chexbres. Les jeunes aimeraient pouvoir rester dans leur village, mais ils partent tous vers la capitale, où l'offre est bien plus attractive».

Des logements ciblés

Alors que faire? «Pour ralentir le vieillissement de leur population, les communes choisissent souvent de céder leurs terrains à des coopératives qui seront ensuite chargées de construire des logements à loyers modérés», note la statisticienne. Chexbres n'y échappe pas, puisque la Municipalité envisage de bâtir une trentaine de logements destinés aux jeunes et... aux seniors. «Les personnes âgées se retrouvent souvent dans des lotissements devenus trop grands pour elles. En leur construisant des appartements spécifiques, nous libérons des surfaces qui pourront être occupées par des familles», précise Jean-Michel Conne.

Les choses bougent aussi à Lutry, où la Commune espère voir sortir de terre une vingtaine de logements à loyers abordables dans le quartier des Brûlées. «Nous venons également de racheter le bâtiment postal pour éviter la disparition de ce service dans notre village», informe le syndic Jacques-André Conne. Une bonne manière d'attirer – tout du moins retenir – la jeune génération en quête de lieu de vie. «Les habitants des grandes villes ont de plus en plus tendance à s'exiler vers des communes périurbaines comme celles de l'est lausannois. Mais ils privilégieront forcément celles qui offrent des services (commerces, crèches, transports publics) en suffisance», relève Aurélien Moreau, démographe au Canton.

Clémentine Prodolliet

Date:12.02.2015
Parution: 742

Le vieillissement a aussi des avantages

Qu'on se rassure, le vieillissement démographique n'a pas que des inconvénients. Il dope aussi l'emploi dans les secteurs de la santé, des services à la personne et des loisirs, notamment. Et comme un tiers des aînés environ choisissent de rester actifs, le bilan économique est loin d'être négatif. «Non seulement leurs compétences s'avèrent salutaires pour les entreprises en manque de main-d'œuvre qualifiée, mais leur présence sur le marché du travail génère aussi de l'emploi, analyse Jérome Cosandey, chef de projet chez Avenir Suisse. Un senior qui se lève pour aller travailler consommera toutes sortes de services - transports publics, restaurant, matériel de bureau - le gain est donc énorme pour notre société.»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio