Télécharger
l’édition n°766
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Cette année, ce sont eux les meilleurs profs

distinction Jimmy Serment, enseignant spécialisé à Pully, et son collègue Thierry Dias, formateur à la Haute école de pédagogie, se sont vu décerner le prix de «Best Science Teachers» 2015 à l'issue d'un concours international qui a réuni plus de 450 candidats à travers le monde. Leur mérite: avoir développé une méthode incitant les élèves à créer des formes 3D de taille humaine pour appréhender au mieux les règles de la géométrie.

Jimmy Serment (à g.) et son collègue Thierry Dias ont été primés pour avoir développé une approche «kinesthésique» des mathématiques. DR

Clémentine Prodolliet

Qui ne s'est jamais arraché les cheveux sur un exercice de géométrie en se plaignant de ne pas réussir à voir dans l'espace? Pour aider petits et grands à exécuter cette délicate gymnastique mentale, Jimmy Serment, professeur de maths en classes spéciales à Pully et son collègue Thierry Dias, formateur en didactique à la Haute école de pédagogie (HEP) Vaud, ont développé une méthode novatrice, qui leur a valu de recevoir le titre de «Best Science Teachers» 2015 au cours d'un festival international organisé en juin dernier à Londres (lire encadré). «En classe, la géométrie se pratique surtout sur papier. Or, le fait de manipuler des objets rend la discipline beaucoup plus attrayante», explique le premier, qui enseigne depuis 2006.

Leur idée? Amener les élèves à créer des formes en 3D de dimensions variées, du petit cube de quelques centimètres à des constructions de taille humaine, pour les aider à mieux visualiser leurs caractéristiques (sommets, faces, arêtes). Le tout à base de matériaux de récupération, chutes de bois, ficelles, cartons, tuyaux en plastique, etc. Et ça marche. «Les écoliers prennent beaucoup de plaisir à mesurer, couper et assembler. Avec le toucher, ils se rendent tout de suite compte de leurs erreurs. J'ai vraiment l'impression de les voir progresser», se réjouit Jimmy Serment, qui évalue ses élèves au moyen d'exposés oraux, en plus des écrits traditionnels.

Succès international

Outre l'aspect kinesthésique, la méthode permet également d'améliorer la communication entre les élèves, forcés de collaborer pour manipuler des formes de plusieurs mètres de haut. Testée pour la première fois il y a plus de quatre ans, la méthode a déjà fait des émules dans la région et même au-delà. «Nous avons reçu de nombreuses sollicitations, de Suisse bien sûr, mais aussi de Suède, d'Angleterre et de Belgique. D'ailleurs mon collègue, Thierry Dias, se trouve en ce moment-même en France pour présenter notre projet», s'enthousiasme le Pulliéran de 33 ans, qui propose des formations continues de 3h, en plus de fiches pratiques, à l'attention des enseignants.

De 7 à 77 ans

«Pour recevoir le titre de «Best Science Teachers», il faut pouvoir proposer une méthode facilement reproductible en classe, qu'on soit prof de primaires, de gymnasiens ou d'universitaires. Pour les moins bricoleurs, un jeu de matériel peut être emprunté à la Haute école pédagogique (HEP) Vaud, à Lausanne», précise encore le Pulliéran. Reste que la méthode fait des sceptiques. «Certains enseignants estiment qu'ils n'ont pas le temps. D'autres me disent: «Vous jouez, vous bricolez, mais vous ne faites pas de la géométrie», observe Jimmy Serment. C'est clair, on est loin des exercices sur feuilles quadrillées. Mais je suis persuadé que démystifier les maths en apportant la preuve qu'il ne s'agit pas d'une matière abstraite peut aider beaucoup de gens à les aimer.»

Date:12.08.2015
Parution: 766

100'000 profs à travers l'Europe

Créée en 2005 à l'initiative de l'Union européenne dans le but de revitaliser les champs de l'éducation par le réseautage, l'association Science on Stage réunit aujourd'hui plus de 100'000 professeurs de science (physique, chimie, biologie, mathématiques et informatique) à travers le monde. Son but: encourager des méthodes d'enseignement inédites au cours d'un festival international organisé tous les deux ans dans différentes régions d'Europe et du Canada. Un évènement à l'issue duquel les participants (plus de 450 par édition) aux projets les plus novateurs se voient remettre le titre de «Best Science Teachers» par un jury d'enseignants.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio