Télécharger
l’édition n°766
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Le City, petit parmi les grands

PULLY Projecteur numérique, look rafraîchi et nouveaux horaires, la petite salle indépendante, véritable pôle culturel, promet de belles nouveautés pour sa rentrée 2015. De quoi renforcer encore son assise régionale, malgré la concurrence des multiplexes.

Le City, petit parmi les grands

Clémentine Prodolliet

Le CityClub de Pully fait un peu figure de petit miracle dans le paysage cinématographique suisse. A l'heure où la plupart des établissements indépendants tirent le rideau sous la pression des multiplexes, la légendaire salle obscure ne cesse de prendre du galon depuis sa reprise, en 2011, par l'association CityClub. Après le réaménagment du hall et la construction d'une scène de concert en 2011, l'institution promet à nouveau de belles nouveautés pour sa rentrée 2015, fixée le 3 septembre. A commencer par l'installation d'un équipement numérique qui permettra à la petite salle de 200 sièges d'étoffer son offre et d'améliorer la qualité des films projetés. Une métamorphose à cinq chiffres, rendue possible grâce au soutien de la Ville de Pully, de la Loterie romande et des quelque 400 membres de l'association, notamment. Dans la foulée, l'institution a entrepris de rafraichir ses murs sans pour autant déroger à l'esprit sixties et ses damiers noirs et blancs.

Invités de marque

Autre nouveauté: une ouverture quotidienne, de septembre à novembre, pour accueillir en exclusivité «Les Mille et Une Nuits» de Miguel Gomes, film sensation du dernier Festival de Cannes composé de trois longs-métrages. Le réalisateur portugais sera d'ailleurs présent le 12 septembre au City pour présenter «L'inquiet», premier volet de son triptyque. La chanteuse de jazz Elina Duni et son quartet ouvriront quant à eux la saison des ciné-concerts le 2 octobre. Au programme également, des films d'auteurs et des courts-métrages, suisses et étrangers, parfois non distribués dans notre pays, projetés en avant-première et en présence de leurs réalisateurs, véritable marque de fabrique du CityClub.

Offre élargie

Car c'est bien là que le petit cinéma, devenu pôle culturel régional, compte tirer son épingle du jeu. «Notre public ne vient pas seulement pour visionner un film. Il s'attend aussi à pouvoir échanger avec les cinéastes et les spectateurs, dans une atmosphère chaleureuse et conviviale. D'ailleurs, la plupart des séances «accompagnées» affichent presque toujours complet», note Nicolas Wittwer, chargé de communication du City. Soucieux d'honorer son rôle de cinéma de quartier, il a également élargi son offre pour les familles et adolescents, en collaboration avec les écoles et centres de loisirs de la ville.

Deux fois plus d'entrées

Et ça marche. De 5'000 spectateurs en 2011, l'institution est ainsi passée à plus de 10'000 cette année. Pas mal pour la petite salle alternative qui a failli disparaître il y a quatre ans, délaissée par son ancien exploitant, le groupe veveysan Cinérive, faute de rentabilité suffisante. L'argent reste toutefois le nerf de la guerre pour la jeune équipe aux commandes du CityClub. C'est pourquoi, dès la réouverture du cinéma, les amateurs de septième art auront la possibilité de soutenir l'association à travers l'acquisition d'une affiche originale et d'une petite série de badges au design original. L'appel est lancé!

Date:12.08.2015
Parution: 766

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio