Télécharger
l’édition n°800
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Fini le camping au lac de Taney

Vouvry Les autorités prononcent la fermeture de l'espace campeur à Taney. L'afflux de touristes présentait des risques pour le site qui est protégé.

Les familles ne pourront plus camper à Taney, mais devront opter pour les dortoirs s'ils veulent y passer la nuit. DR

Valérie Blom

«Je n'ai pas pu camper en 2015 au bord du lac de Taney. Mais dans mon cœur ce n'était que partie remise...et bien non», s'attriste Murielle sur Facebook. La commune de Vouvry a interdit d'y bivouaquer, décision qui prend immédiatement effet. «Nous avons réfléchi à une option moins extrême, relève le municipal Cédric Vuadens. Mais la gestion d'un site avec un nombre de places limité impliquait une organisation compliquée et des coûts.» L'espace protégé du lac de Taney disposait d'un espace campeur, avec gril et sanitaires légers (deux toilettes). «Cette disposition avait été imaginée pour accueillir une vingtaine de personnes, reprend l'édile. L'été dernier, un pic de 250 campeurs a été atteint. Imaginez les conséquences sur la nature... Nous ne sommes plus en adéquation avec le contrat de protection des lieux.»

Taney, la nouvelle plage d'Ouchy

Beaucoup d'habitués au bivouac en famille sont déçus. Mais au-delà du nombre de tentes, le problème vient des touristes. «Si les gens respectaient davantage l'endroit, la commune n'aurait pas mis d'interdiction», témoigne une personne sur les réseaux sociaux. A croire que le site est devenu la nouvelle plage d'Ouchy, où les jeunes débarquent, bières à la main, pour y danser toute la nuit. «Depuis plusieurs années, nous constatons que des personnes ne ménagent plus la quiétude des lieux, précise Cédric Vuadens. Il y a des problèmes de déchets ou de coupe illégale de bois. On ne peut plus accepter ce comportement.»

Le taxi, grand perdant

La décision ne devrait pas connaître de fort impact sur les restaurants. «Cela ne va pas changer grand-chose pour nous», commente Esther Mueller-Ducrey, patronne de l'auberge de la Vouivre. Du côté de celle du Grammont, les propriétaires avaient déjà renoncé à la distribution des autorisations pour dormir au bord du lac. «Si la nuit était agitée, les campeurs venaient réclamer auprès d'eux le matin», précise Cédric Vuadens. Puisqu'il est possible de loger dans les trois établissements du bord du lac, il est possible que l'interdiction stimule quelque peu le nombre des nuitées. L'un des perdants – en plus des campeurs honnêtes – seront les chauffeurs de taxi. «J'estime que j'aurai 40% de travail en moins, explique Mladen Gnjidic, d'Allo Taxi. C'est bien dommage, car ce travail m'assurait un revenu complémentaire à mes courses en plaine.»

Date:14.04.2016
Parution: 800

Et les autres lacs ?

Le lac de Taney, jouissant d'un cadre magnifique, s'est vu doté de sanitaires et de grils. Quand est-il d'autres emplacements du canton? Au lac de Salanfe par exemple, situé au-dessus de Martigny, il n'existe pas d'espace pour le bivouac. «Je ne pense pas que l'endroit s'y prête, explique Gilbert Jacquemoud, président d'Evionnaz. Il y a du bétail en liberté, il faudrait donc clôturer. Il n'y a pas de projet en ce sens.» D'autant que, quelques encablures plus bas, il y a un camping tout équipé à Van d'en haut, sur la commune de Salvan. «Nous comptons par contre des sanitaires au bord du lac d'Emosson», précise le président Roland Voeffray.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio