Télécharger
l’édition n°831
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Hausse d'impôts balayée

La Tour-de-Peilz C'est une gifle pour la Municipalité: 72% des votants ont refusé la hausse de 6 points d'impôts que demandaient les autorités pour mener à bien les projets phares de la commune. Ce net refus implique de revoir la copie du budget, qui tablait sur un déficit de 1,3 mio de francs.

L'actuel collège Courbet devait être démoli et reconstruit. Coût de l'opération : 30 millions. Qu'en sera-t-il après le refus des citoyens d'augmenter le taux d'imposition?

Texte et photo: Sandra Giampetruzzi

La majorité des Boélands n'a pas suivi ses autorités qui demandaient une hausse d'impôts de six points dont deux attribués au ménage communal, passant ainsi de 64 à 70% pour les deux années à venir. Le refus a été clair et net, par 72% des votants, avec 1'187 pour et 3'081 contre. «C'était un vote portemonnaie, c'est toujours pareil lors de ce genre de votation», réagit le syndic, Alain Grangier. Comme un goût d'amertume, vu les investissements prévus? «Non, le citoyen est souverain. Nous sommes en démocratie, mais une hausse d'impôts reste inéluctable. Il y a un énorme report des charges du canton sur les communes. Nous n'avons pas le choix. Nous reviendrons avec une proposition de hausse d'impôts en 2017», avertit le syndic. Du côté des initiateurs du référendum, c'est le contentement. «Le résultat est clair. Nous sommes satisfaits de ce résultat qui nous a donné raison de nous lancer dans cette campagne, souligne Nicolas Fardel, UDC et un des initiateurs du référendum. Il est vrai que nous ne nous attendions pas à un tel succès. Nous sommes ravis de ce résultat sans appel».

Budget à remanier

La hausse d'impôts de six points aurait permis notamment de financer le nouveau collège Courbet pour la somme de 30 mios de frs et de transformer et restaurer le château et ses alentours pour un montant de 8 mios de frs. Et 2 points d'impôts auraient été affectés au ménage courant de la commune. Le refus des citoyens boélands a pour conséquence le status quo du taux d'imposition qui se maintiendra à 64% pour 2017. Mais cette décision remet également en cause le budget 2017 qui prévoyait un déficit de 1,5 mio de frs pour autant que l'augmentation du taux d'impôts soit acceptée. Aujourd'hui, sans cette hausse d'impôts, le budget devrait être déficitaire de 2,6 mios. Les défenseurs de la hausse d'impôts préviennent déjà qu'ils refuseront le budget si l'UDC, à l'origine du référendum, ne propose pas des solutions pour faire des économies.

Le social en pâtira

Coupe dans le social et recours à l'emprunt sont les solutions pour les initiateurs du référendum. «Des économies sont possibles notamment dans le domaine social, affirme Nicolas Fardel. Notre groupe sera actif dans ce sens. Et une possibilité de financer par l'emprunt les travaux des grands projets reste possible, mais le choix de la priorité des projets revient à la Municipalité où nous n'avons pas de représentant. Selon notre Comité, le projet Courbet n'est pas compromis».

Des projets qui risquent tout de même d'être remis à demain? «Ils font partie des investissements et non du budget, souligne le syndic. Nous verrons cela par la suite. La priorité est de revoir le budget où nous devrons faire des reports de charge concernant le ménage courant dans un premier temps. Et si le Conseil nous demande de faire plus d'économies, nous devrons taper dans la petite enfance et le scolaire. Mais ce n'est pas ce que nous voulons. Nous tenons à assurer une qualité de vie à la population». La Municipalité devra donc proposer un nouveau budget d'ici à la dernière séance de l'année du Conseil communal.

Date:01.12.2016
Parution: 831

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio