Télécharger
l’édition n°850
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Quand sport et sensualité ne font qu'un

POLE DANCE Après le franc succès de la première édition en 2015, «Pole Theatre» revient au Théâtre de Montbenon les 29 et 30 avril. La plus spectaculaire des compétitions de pole verra s'affronter des candidats professionnels et amateurs en provenance du monde entier, avec en vedette la vice-championne du monde junior 2016, la suissesse Romane Moscaritolo. Pour la première fois, ce rendez-vous unique en Suisse ouvrira ses portes à la catégorie kids. Rencontre avec Virginie Cochard et Thomas Ruegger,organisateurs du Pole Theatre 2017

Vice-championne du monde junior, la suissesse Romane Moscaritolo sera présente durant la compétition de dimanche. WPSC Photography

Jonathan Corbillon

«Tell me your story...» Tel est le thème de cette deuxième édition du concours de pole dance. Avec en vedette la vice-championne du monde junior 2016, Romane Moscaritolo (Jura), ainsi que la très médiatique Olga Trifonova en qualité de juge et performeuse. Au-delà des préjugés, la pole est sans aucun doute un sport à part entière qui ne perd pas pour autant sa sensualité et son glamour.

Concept unique en son genre

Imaginé par Michelle Shimmy et Maddie Sparkle, pole dancer australiennes, cette compétition remporte un succès florissant partout dans le monde et reviendra pour la seconde fois à Lausanne. Unique en Suisse, «Pole Theatre» ouvre ses portes à tous types de pole dancer, amateurs, semi-pros, professionnels et, pour la première fois, kids. La compétition donne carte blanche à ses participants et propose quatre catégories de représentation. Pole Art (artistique), Drama (histoire dramatique/théâtre), Comedy (humour) et Exotic (sexy et sensuelle), avec un jury de professionnels.

Un sport contre la vulgarité...

Longtemps associée au striptease et connotée vulgairement, la pole dance bataille aujourd'hui en solo dans la cour des grands. Présentant sa candidature aux sports olympiques en 2019, ce sport hybride entre danse, gymnastique et fitness intéresse chaque année plus de monde. Depuis maintenant 12 ans, la directrice du studio Pink'Attitude à Lausanne et fondatrice de l'événement Virginie Cochard en a fait sa passion: «C'est avant tout une discipline qui est ouverte à tous! Elle mêle grâce, force, flow et sensualité avec une haute dose de fun. Il faut bien sûr de la technique et un effort physique non négligeable, mais tout le monde peut rapidement voir ses efforts récompensés.»

Effort physique non négligeable

«A haut niveau, la pole demande bien sûr énormément d'efforts et d'investissement. Un entrainement régulier de souplesse ainsi que de force et musculation est nécessaire, mais il ne faut pas oublier que ce n'est pas que de la gymnastique! Nous sommes à la frontière entre différentes disciplines et c'est avec une certaine alchimie que la pole devient spectaculaire et magique», continue Virginie, repensant à ses débuts, alors qu'elle ne se pensait pas sportive. Ce sport était avant tout une expression corporelle qui l'intéressait et la grande diversité de ses catégories a fini par la séduire. La compétition des 29 et 30 avril propose justement un large panorama de ces différentes facettes de la pole et surtout un large éventail de niveaux et de prestations scéniques.

Un spectacle avant tout

Comment s'intéresse-t-on à la Pole Dance en tant qu'homme?

> «Au départ, c'était ma copine qui m'avait parlé de son envie d'en faire et j'ai assez rapidement encouragé sa démarche. Je m'y suis alors gentiment intéressé et j'ai tout de suite été capté par l'énergie et l'engouement que la pole suscite. Je suis très intéressé par le sport sous toutes ses formes et j'ai trouvé dans la pole une voie de développement très intéressante. Je me suis, depuis, engagé auprès de la fédération suisse de pole dance. Je n'en ai moi-même jamais fait, ou peut-être pas encore...», confesse Thomas Ruegger coordinateur de la fédération suisse.

Quelle grande différence entre une compétition de pole traditionnelle et la vôtre?

> «La grande différence est la liberté qui est donnée aux candidats. Dans une compétition de pole sport, il existe un grand nombre de figures qui valent un certain nombre de points et, du coup, les prestations sont toutes plus ou moins similaires. Dans le «Pole Theatre», les participants sont libres de proposer ce qu'ils veulent dans une catégorie choisie. Au final, on retrouve les frissons d'une compétition, la magie d'un spectacle, grâce à des chorégraphies époustouflantes, des performances hors du commun, des costumes, des décors, de tout quoi», observent les deux organisateurs.

Il y aura donc du beau monde à Lausanne...

> «En effet, nous avons reçu plus de 200 candidatures pour participer à notre compétition. Au final, nous retrouverons les meilleures de chaque catégorie et un niveau très élevé. Ce qui nous intéresse ce sont surtout le public et la satisfaction de nos athlètes. Nous aimons offrir la possibilité à tout le monde de se produire devant un public surpris et ravi. Le «Pole Theatre» est un spectacle avant tout, où les candidats racontent une histoire au public... », explique Virginie, faisant référence au thème de l'édition 2017.

Date:27.04.2017
Parution: 850

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio