Télécharger
l’édition n°854
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Vignettes de parking : c'est non

Collombey-Muraz Les autorités vont supprimer les cases à durée illimitée, mais les habitants rejettent la possibilité de se procurer des vignettes payantes.

Une partie du comité référendaire, composé d'élus et de citoyens ravis.

Texte et photo: Valérie Passello

«Historique!», se réjouit Laurent Trisconi, citoyen impliqué dans le comité référendaire contre le règlement sur les vignettes de stationnement (voir Le Régional 824), juste après la votation de ce 21 mai. Le résultat est tranché: plus de 60% des habitants de la commune ont refusé le règlement proposé par la Municipalité, par 1'233 voix contre 795. En clair, au moment de la mise en œuvre de la politique de stationnement, de compétence municipale, qui prévoit d'éliminer tous les parkings à durée illimitée, les citoyens ne pourront pas se procurer de vignettes les autorisant à stationner leur véhicule plus longtemps que la durée réglementaire.

Conseiller général PLR à l'origine du référendum, Cédric Zürcher analyse: «Derrière ce vote, il y a un message des citoyens: ils tiennent à leur qualité de vie, qui aurait été écornée par ces vignettes. Ce résultat est un signal pour que la Municipalité réfléchisse mieux au zonage proposé pour l'avenir». Critiquant une politique du «tout ou rien» de la part de l'exécutif, les opposants reconnaissent s'être élevés contre le seul objet où il leur était possible d'intervenir, mais c'est bien la vision globale du stationnement qui est en cause. Jadis fer de lance de l'opposition au Conseil général devenu aujourd'hui municipal, le PLR Alexis Turin abonde: «Il y a des problèmes à régler en termes de parking, c'est vrai, mais le remède proposé ne convient pas. Il me semble évident qu'il faudra tenir compte de cette votation».

Population «induite en erreur»

Le municipal de la police Jean-Luc Planchamp prend acte du résultat. Mais il réaffirme la position de l'exécutif: «Cela ne changera pas grand-chose. Nous mettrons en place notre politique de stationnement qui est claire et aboutie: il y aura des places à durée très limitée, de 30 minutes, dans les centres des villages, des zones bleues un peu plus loin et plus l'on s'éloignera des centres, plus la durée de parking autorisée sera étendue. Nous ne souhaitons pas installer d'horodateurs sur notre territoire. Le seul parking doté de cet équipement sera celui de l'Étoile qui sera déplacé au Corbier après le détournement du train AOMC».

L'un des buts de l'introduction d'un système de vignettes était de mettre un terme au problème des voitures-ventouses. Les référendaires estiment que le règlement de police suffit à les éradiquer et que leur quantité est négligeable. Le municipal rétorque: «Dès qu'une voiture est immatriculée, on ne peut pas la faire partir si le stationnement est illimité. La population a été induite en erreur par le papillon tous-ménages des référendaires, dans lequel certains arguments étaient fallacieux. Il y a eu un amalgame entre politique de stationnement et vignettes: à eux d'expliquer aux gens obligés de rester longtemps sur la commune que ce ne sera plus possible!».

Date:25.05.2017
Parution: 854

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio