Télécharger
l’édition n°854
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

De la peinture à l'ébénisterie, quatre artistes au Château

Ollon Youri Gonard, Thierry Droz, Jean Perrin et notre collaboratrice Valérie Passello présenteront leurs œuvres au Château de la Roche du 26 mai au 11 juin.

Valérie Passello, journaliste et artiste peintre, Jean Perrin, aquarelliste digigraphe, l'ébéniste créateur Youri Gonard et le peintre et sculpteur Thierry Droz (de g. à dr.) s'expriment chacun à sa manière.DR

Ce qui les relie? L'amitié, d'abord. Le courant passe entre ces quatre artistes, qui pourtant s'expriment tous dans des langages bien différents, mais avec la même envie de partager en toute convivialité. Une complémentarité qu'ils mettent en exergue dans une exposition collective ouverte tous les week-ends de 11h à 17h au Château de la Roche à Ollon, jusqu'au 11 juin. Dans cet édifice du 13e siècle, qui fait l'objet d'une restauration depuis bientôt 30 ans, chacun trouve sa place: les espaces, rustiques et aérés, se prêtent à merveille à l'installation des œuvres.

Valérie Passello, journaliste au Régional et artiste peintre à ses heures, Jean Perrin, aquarelliste digigraphe, le peintre et sculpteur Thierry Droz et l'ébéniste créateur Youri Gonard n'en sont pas à leur coup d'essai, puisqu'il s'agit de leur 2e exposition commune dans ce lieu. Le projet d'une biennale est d'ailleurs dans l'air: l'occasion pour le public d'apprécier leur évolution artistique au fil du temps.

À chacun sa technique

Tout en délicatesse et en poésie, le travail de Jean Perrin repose sur plusieurs techniques. L'aquarelle en premier lieu, qu'il retouche de manière informatique. Il s'agit de digigraphie, un procédé proche de la lithographie, qui permet la reproduction d'images en série. Mais pour l'exposition, l'artiste propose aussi des pièces uniques, alliant digigraphies et peinture acrylique: «Ces temps, je me consacre principalement à la création de pièces originales, je réalise des variations sur un même thème. Ce sont toujours les éléments, comme la terre, l'eau ou le végétal, qui ressortent de mon travail», décrit-il. Après son passage à Ollon, l'infatigable Jean Perrin s'arrêtera du 15 au 20 juin à la galerie Villa Mégroz à Lutry.

Thierry Droz, quant à lui, glisse désormais vers l'abstraction. Longtemps, l'artiste a peint des animaux ou des personnages, mais son travail de création revient de plus en plus à l'essentiel. Ses œuvres ont quelque chose d'organique, comme s'il cherchait à retourner aux origines de la vie, à la matière brute. Dans l'exposition, il présentera des peintures sur toiles, mais aussi des «monotypes à la presse». Il détaille cette technique: «Je travaille uniquement avec des pigments. Je les dispose sur une feuille et je les comprime pendant un temps donné dans une vieille presse en bois que j'ai récupérée. J'ai bien sûr une idée de base de ce que j'ai envie de réaliser, mais le résultat est toujours une surprise: on ne peut pas tout maîtriser».

Du bois et des couleurs

Les meubles uniques et élégants de Youri Gonard, qu'il réalise en récupérant du vieux bois et en redonnant vie à d'anciennes carcasses de meubles, seront aussi de la partie. L'ébéniste a utilisé des essences comme les exotiques zingana et zebrano, le pommier indigène, l'ormeau, l'if ou le platane. Sa démarche vise à encourager le consommateur à s'intéresser à du mobilier original et de production locale, mais aussi à réfléchir avant de jeter des meubles. Parmi ses créations, une pièce sort du lot, explique-t-il: «L'association veveysanne Tracko Watt m'a demandé de fabriquer une table solaire, autour d'un panneau photovoltaïque. Elle est fonctionnelle: des sorties USB permettent de recharger un téléphone portable, un ordinateur, ou d'écouter de la musique».

Enfin, l'univers de Valérie Passello est très coloré, explosif, avec une dimension se rapprochant de la bande dessinée. Ses toiles à l'acrylique sont toujours soulignées de traits à l'encre de chine, comme un hommage à la ligne claire de l'école de BD belge. Le pari pour notre journaliste est d'amener uniquement des toiles inédites, explique-t-elle: «Je m'aperçois que même si je ne peins pas beaucoup, mon travail évolue, un peu malgré moi. Je souhaite montrer ce qu'il y a de nouveau, mes anciens tableaux ont fait leur temps». Si elle avait d'abord choisi l'abstraction pour permettre aux spectateurs d'imaginer ce que bon leur semblait en observant ses toiles, l'artiste revient vers une expression plus figurative, quoique toujours suggestive.

Présents tout au long de l'exposition, les quatre compères se réjouissent unanimement de partager le verre de l'amitié avec le public, à l'occasion du vernissage qui se tiendra les 26 et 27 mai de 11h à 17h. lr

Date:25.05.2017
Parution: 854

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio